• Hommage à Bonnard

    Il y a 5 jours - Par L'art du Temps

    Si Sarah Moon m'était contée...
    Il y aurait le temps suspendu, l'instant qui s'éternise, le glissement dans les profondeurs du rêve. Il y aurait une femme dont on ne voit pas le visage, les yeux plongés dans l'ombre, dans la densité d'une chevelure brune. Il y aurait un corps, dont les lignes courbes distordent l'espace et se fondent aux objets alentour. Il y aurait ce mystère de la présence, tel qu'on le voit dans "Hommage à Bonnard".
    Sarah Moon, Hommage à Bonnard, 1997
    Pour son "Hommage à Bonnard", Sarah Moon introduit la couleur, tout en conservant son goût pour le grain, les floutés...
    Lire la suite ...