• Noël 1956

    Il y a 16 jours - Par Philippe Morel

    Les Noëls de mon enfance ont tous été magiques. On réveillonnait le soir du 24, ou plutôt le dîner était différent.
    C'était le seul jour de l'année ou nous avions l'autorisation de nous coucher à une heure plus tardive, avec le 13 juillet au soir, où l'on avait le droit de veiller pour voir passer la retraite aux flambeaux.
    Mon père, photographe, laissait le magasin ouvert assez tard, souvent jusqu'à 22 h, pour les retardataires, en quête de cadeau de dernière minute.
    On l'attendait pour commencer le repas, galantine de volaille, escargots, coquilles st jacques cuites dans leur coquilles...
    Lire la suite ...